Pourquoi j’aime mieux jouer aux jeux vidéo qu’être avec ma blonde


3 shares

À une certaine époque, quand j’étais adolescent, je jouais beaucoup aux jeux vidéo. Quand je finissais l’école, je me dépêchais d’arriver à la maison pour allumer mon ordinateur et jouer avec mes amis. Je faisais partie d’une sorte de clan. C’est drôle parce que je n’avais jamais vu la majorité de mes coéquipiers en vrai. Je savais juste qu’ils étaient francophones et qu’ils avaient à peu près mon âge. Mais malgré ça, je les considérais comme des amis. Puis, un jour, je me suis fait une blonde.

À LIRE AUSSI : QUEL GARS ES-TU EN COUPLE SELON TON SIGNE ASTROLOGIQUE

Dans les premiers temps, j’avais mis de côté les jeux vidéo. J’aimais bien mes coéquipiers, mais jamais ils ne pouvaient pas me donner la même chose qu’une vraie personne (de surcroît ma blonde). Et ça, je suis content de l’avoir compris rapidement. Je connais des gars qui ont 30 ans et plus et qu’ils ne l’ont pas encore compris…

Revenons cependant à mon histoire. Donc, dans les premières semaines, tout se passait très bien : on apprenait à se connaitre, je faisais mes premières sorties de couple, j’apprenais de nouvelles sensations, etc.

Puis, à partir d’un certain moment, je pense après deux mois, je me suis remis à jouer aux jeux vidéo. Ce qui est drôle, c’est que mes coéquipiers m’ont accueilli comme si de rien n’était, comme si je ne les avais jamais abandonnés.

Maintenant, quand ma blonde voulait sortir ou me voir, je n’avais pas peur de lui dire que j’étais occupé. Au début, je lui disais « non » une fois par semaine. Après peut-être un mois, je refusais ses invitations deux ou trois fois semaines.

Et ce n’est pas allé plus loin que ça parce qu’elle a décidé de me confronter. C’est là que j’ai compris : je me servais des jeux vidéo comme d’une échappatoire. Je ne jouais pas aux jeux vidéo parce que j’y étais accro. Non. Je jouais plutôt pour ne pas passer du temps avec cette fille que je commençais de moins en moins à aimer.

En fait, en faisant cela, j’espérais inconsciemment qu’elle me quitte. Je voulais saper ma relation avec elle. Sauf que ça n’a pas vraiment marché. Elle m’aimait vraiment.

J’ai alors dû lui dire en pleine face (c’était plutôt par MSN) que c’était fini.

Apprendre de ses erreurs

C’est sûr que des années plus tard, quand je regarde ça, je considère que je n’ai pas agi comme un gentleman. Je n’avais pas d’affaire à me cacher derrière une manette. J’aurais dû lui dire plus tôt que ça n’allait plus, lui en parler face à face.

Aujourd’hui, je me sers souvent de cette expérience lorsque je sens que ça ne va pas bien avec une fille ou même dans ma vie en général. Au lieu de me sauver comme un couard (j’ai toujours eu envie de placer ce mot dans un texte), je prends le taureau par les cornes. Ça ne se passe pas toujours comme prévu, mais, au moins, je n’ai plus cette étrange sensation d’être un cheap.

Et pour la petite histoire, je ne joue presque plus aux jeux vidéo!

 

Vous avez aimé cet article? Consultez celui-ci :

11 ACTIVITÉS ROMANTIQUES À FAIRE AVEC TA DOUCE CET AUTOMNE

Source(s) image(s):
Pixabay


Like it? Share with your friends!

3 shares