La violence financière : quoi!?


3 shares

Au plan conjugal, la violence financière (ou économique) est peu connue en comparaison des autres formes de violence. Pour l’explorer, vous avez aujourd’hui l’opportunité d’être aux premières loges afin de découvrir comment quelqu’un peut être violent financièrement. Vous avez toujours rêvé d’être un petit oiseau pour espionner les autres? Eh bien, dans un excès de générosité, je vous offre ci-dessous non pas un, mais deux exemples situationnels.

Situation :

Exemple 1
Vendredi 16 h 10. C’est avec une grosse semaine de travail dans le corps que Vincent et Caroline (en couple depuis 5 ans) entrent à la SAQ. Heureux comme un prince, Vincent s’empresse d’ajouter deux bouteilles de Jägermeister à son panier. Le petit oiseau que vous êtes remarque que Caroline n’en mène pas large dans le rayon des vins blancs. Il s’agit des seules bouteilles qui l’intéressent, mais Vince lui a déjà fait comprendre dans l’auto qu’il ne veut pas dépenser pour ça. Au moment où Vincent dépose ses bouteilles à la caisse, Caro lui demande si elle peut s’acheter un flacon de crème alcoolisée en rabais. Elle obtient un « NON! » d’une impolitesse glaciale et déstabilisante…
 
Exemple 2
Ça faisait longtemps que Vincent désirait s’acheter une maison. Comme d’habitude, il a réussi à convaincre Caro que c’était ce qu’il y avait de mieux pour eux. Vince a fait en sorte de payer l’hypothèque tandis que Caro se chargeait du câblodistributeur, de l’électricité et de l’épicerie. Ainsi, chacun payait à peu près la même somme quotidiennement. Équitable? Caro le croyait bien. Jusqu’au jour où la rupture est survenue. Le nom de Vincent étant légalement couché sur l’hypothèque, celui-ci put garder la maison. Caro, pour sa part, put garder le terminal HD de la télévision…
 
Explication :
La violence financière, c’est le contrôle injuste de l’argent qui est exercé exclusivement, ou presque, par un des membres du couple. Dans les exemples précédents, on constate clairement que Vincent détient solidement les cordons de la bourse et que Caroline a le sentiment d’être dans l’obligation de s’en accommoder. On parle donc de violence financière lorsqu’un conjoint agit de mauvaise foi envers son ou sa partenaire. Beaucoup plus répandue qu’on le croit, cette forme de violence s’installe progressivement et en toute subtilité. Le plus inquiétant est que l’individu soumis à ces comportements peut développer une dépendance envers le conjoint. N’ayant pratiquement aucune latitude financière pour se sortir du guêpier, la victime se résigne trop souvent à demeurer avec le bourreau du porte-monnaie.
 
Solution :
La façon dont un ménage organise ses finances est un sujet tabou. La personne qui subit le contrôle financier aura souvent honte de se faire prendre en charge ainsi. Pour s’en sortir, la victime doit discuter avec des confidents au sujet de ses interrogations et de ses doutes par rapport aux comportements du conjoint. Elle pourra donc se faire une idée beaucoup plus lucide de ce que devrait être un climat financier sain. Par la suite, elle devra communiquer avec confiance ses insatisfactions à son partenaire. Lorsque deux amoureux s’engagent à construire une relation, ils doivent s’assurer d’avoir une protection légale et équitable dans l’intérêt de chacun.
 
Il est important de préciser que la violence financière n’a pas de sexe, tout comme les autres formes de violence.
 
Note à moi-même : écrire sur l’intimidation lors des prochaines chroniques…
 
Au plaisir!


Like it? Share with your friends!

3 shares