C’est officiel… je suis célibataire et ça «suck» !


7 shares

Voilà maintenant 4 jours. 4 jours que je le cache à tout le monde. On dirait que je ne veux pas le dire, car ça voudrait dire que c’est réellement officiel, qu’il n’est plus mon chum et que je ne suis plus sa blonde. J’avoue que je ne suis pas vraiment prête à le croire on dirait. C’est vraiment une période transitoire de marde. Je ne sais pas pour vous, mais être célibataire après près de 8 ans sans aucune pause de chum, ça fait peur en ta%&*$. Voici mon histoire, celle que j’aimerais mieux ne pas avoir à écrire…

À LIRE AUSSI : Ce que j’aurais envie de dire à toutes celles qui t’ont déjà aimé

Depuis mes 17 ans, je suis en couple. Pour être très franche, au total, en 8 ans, j’ai été «célibataire» moins de 2 mois. J’ai pratiquement toujours enfilé les relations amoureuses sans jamais me demander qui j’étais réellement. Alors, changer mon statut de couple à célibataire, ça fesse en maudit, surtout, considérant que je n’ai jamais vraiment été célibataire ou seule avec mon moi-même «ever». Aujourd’hui, je suis seule et le mot est faible pour dire combien je me sens. 

 

C’est arrivé jeudi soir… ça faisait 1 semaine jour pour jour qu’il venait de «péter» une autre bulle de doutes sur notre couple. J’étais épuisée d’entendre qu’il m’adorait, que j’étais une femme parfaite, mais qu’il avait des doutes sur nous. J’étais en colère qu’il ne prenne pas mes pistes de solutions. J’étais triste, car j’avais l’impression que c’était seulement une rupture qu’il considérait. J’avais aussi le sentiment que tout ce que j’allais dire n’allait pas être assez et allait inévitablement mener à cette fin de marde. Après plus de 2 heures de discussion et de pleurs, j’ai finalement dit les mots qu’il voulait entendre: «OK, séparons-nous d’abord…» Près de 3 ans de relation se sont envolés en une soirée avec des mots que je ne voulais pas prononcer et que je ne veux toujours pas croire d’ailleurs. 

 

Le pire c’est que ça fait 4 jours que je pleure ma vie tout en essayant de cacher mes émotions, car je vis toujours dans le même appartement que lui et qu’on dort dans le même lit. Je m’efforce d’être forte devant lui et de penser à des solutions qui me conviendront. Je suis épuisée de réfléchir à un plan et d’avoir à organiser ma nouvelle vie, alors que ce choix m’a été imposé. 

 

Le pire, c’est qu’il se fait déjà cruiser par certaines de ses amies ou par des filles en manque d’attention ou manque tout court. C’est une dualité entre le fait de se sentir trompé ou dégouté par la situation. Il me dit qu’il n’est pas prêt à rencontrer ou à sortir avec d’autres femmes, qu’il pense encore à moi, qu’il m’aime encore, que je suis sa «petite Audrey»… il y a une partie de moi qui ne le croit tout simplement plus après tout ce qu’on a vécu. Ça me fait mal de savoir que la sensation de nouveauté pourrait peut-être l’amener à baiser avec l’une de ces filles fatigantes. Je ne peux pas l’empêcher de le faire, mais je ne veux pas qu’il le fasse non plus. C’est vraiment une sensation de marde.

 

Dans un autre ordre d’idées, ça fait chier parce qu’on dirait que tout dans ce monde est fait pour être en couple. Les conversations de couloir au travail, les films, les activités, le statut social, les sorties, etc. Avez-vous déjà remarqué que pratiquement tous les films quétaines de filles sont avec des couples qui s’aiment beaucoup trop ou qui finissent par avoir beaucoup d’enfants à la fin ? Non, mais sont où les films où on peut se reconnaitre réellement ? Si vous en connaissez, dites-moi les titres parce j’ai besoin de voir que je ne suis pas seule à baigner dans ce calvaire. 

 

On m’a dit de prendre du temps pour moi. On m’a dit que ça me ferait du bien et que je pourrais enfin me retrouver. On m’a dit de sortir, de voir des amis et on m’a dit qu’éventuellement, j’irais mieux… pour être franche avec vous, ça l’air vraiment facile quand quelqu’un d’autre le dit, mais le faire c’est plus difficile. Alors, si vous êtes dans une situation comme la mienne, je vous conseille de faire des choses pour vous et de prendre une journée à la fois, même si, je le sais, c’est difficile. Je vous souhaite bonne chance, car je crois qu’on en a tous un peu besoin. <3

 

Vous avez aimé cet article ? Consultez celui-ci :

Quand aimer quelqu’un plus que tout n’est pourtant pas assez pour continuer

Source(s) image(s):
Instagram


Like it? Share with your friends!

7 shares